Rencontre du 3ème type particulière

Difficile de trouver les mots pour ce film de S.F. grandiose si ce n’est “incroyable”. J’ai lu par ci par là les avis de beaucoup de personne sur ce film et pas mal trouve Premier contact meilleur que Interstellar. Pourtant si chacun aborde la science-fiction différemment du point de vue formel au premier (Ouah ! Ouah !) abord, les deux films partagent la même idéologie: celle d’utiliser l’infiniment grand pour parler de l’infiniment petit. 

1er-contact

Premier contact de Denis Villeneuve 

Avec Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker

Note: 15/20 

Synopsis: Douze vaisseaux extraterrestres débarquent sur Terre. La CIA décide de demander de l’aide à une linguiste, qui a travaillé pour l’agence quelques années auparavant, de traduire le langage des visiteurs de l’espace pour savoir si ils sont hostiles ou non.Dans premier contact l’infiniment grand est l’apparition de sortes de vaisseaux qui se posent sur Terre. A partir de ce postulat de base, le réalisateur Denis Villeneuve va raconter l’histoire de l’infiniment petit: celle d’une femme linguiste qui a travaillé pour la CIA quelques années auparavant pour déchiffrer le langage de ces extraterrestre
mais qui va lui être révélé une incroyable vérité.
Difficile de ne pas spoiler le déroulé de l’intrigue mais le réalisateur de Sicario, après avoir parlé de cartels mexicains, de double, de kidnapping, réussit à embrouiller les pistes et à faire douter le spectateur sur les évènements racontés.
Mais contrairement à beaucoup de film de S.F. qui en mettent plein la vue niveau esthétique et visuel de dingue, Premier contact se montre très minimaliste.
Mais minimaliste ne veut pas dire bâclé, mal fichu ou pauvre car c’est tout le contraire : la direction artistique fait dans le minimaliste mais dans le bon minimaliste car on se focalise très vite sur les personnages et leurs environnements stériles voir sans vie.
Du début avec cette grande maison vide qu’habite le personnage joué par Amy Adams (sublime en passant), l’université où elle travaille (vide) et le théâtre des observations et des échanges avec les extraterrestres (une grande steppe entourée de montagnes et faite de verdure) et même le vaisseau extraterrestre est épuré.
On aurait pu s’attendre à parler de charabia scientifique mais même cet aspect est obnubilé et on se concentre petit à petit sur les personnages.
Notamment la relation entre le docteur Louise (Amy Adams) et le physicien Ian (Jeremy Renner) qui de relation professionnelle se change en amour naissant et sincère.
Bien sûr Denis Villeneuve raconte tout cela avec une réalisation qui évoque à la fois Stanley Kubrick et son 2001 et Terrence Mallick e The tree of life en grande partie.
Par moment très froide et distante, la caméra du réalisateur de Prisoners peut se montrer d’une infinie tendresse et d’une humanité débordante et sincère.
Si Amy Adams est géniale et assure, il ne faut pas oublier le talentueux Jeremy Renner qui après ses rôles de soldats ou de super-héros joue un rôle très simple voir vulnérable, celui d’un physicien très banal; un rôle à l’opposé de tout ce que l’on connaît de lui.
Premier contact est un beau film de S.F. qui malgré son côté minimaliste réussit à offrir à la fois un grand spectacle et un beau film.

Alexis du Ciné@lex

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s