Pas si loin que ça finalement

Vu enfin au cinéma. Sans gamins braillards ou de kikoolol sur leur smartphone (p’tits cons). Vaiana le nouveau film de Disney, en fait j’en attendais rien (les bandes-annonces me faisaient ni chaud ni froid) et passer après l’excellent Zootopie c’était pas gagné. Finalement j’y suis allé et le film n’est pas si mal que ça. 

vaiana-la-legende-du-bout-du-monde

Vaiana la légende du bout du monde de John Musker et Ron Clements

Note: 13/20

Synopsis: Pour sauver son peuple d’un terrible mal, Vaiana, la fille d’un chef Maori, décide d’entreprendre un voyage dangereux pour retrouver un demi-dieu Maui pour que ce dernier remette une pierre sacrée à sa place et ainsi mettre fin à la malédiction.

Je ne vais pas revenir sur le film visuellement étant donné qu’il est sublime et se lâche sur les couleurs et l’univers abordé des Maori est respecté et on sent un réel respect de cette culture.
Le film se laisse regarder dans cette aventure à la fois épique et en chanson. Les deux gros problèmes de ce film sont certainement le peu de méchants représentés. En effet les méchants ne sont qu’au nombre de trois: un clan de pirates, un crabe géant façon Smaug et un dieu de lave.On aurait pu au moins voir un peu plus de méchants genre pieuvre géante ou autres monstres marins comme on le montre au début du film.
Mis à part ça, le défaut de ce film c’est les chansons.
Je n’ai rien contre des chansons dans un film d’animation car j’ai grandi avec cela dans les Disney mais je dois avouer que entre la Reine des neiges et Vaiana j’en peux plus. Pourtant elles ‘none rien de dégueulasses et sont très jolies (la chanson des Maori explorateurs est la meilleure pour ma part) quasiment mais voir un crabe géant chanter, un demi dieu chanter ou bien balancer 4 chansons en moins de 20-25 minutes c’est un peu trop l’overdose. Alors oui pour raconter sa vie c’est plutôt utile de chanter mais elles n’ont pas le même impact que des chansons comme Hakunamatata ou les vieux classiques Disney.
Il y’a aussi un problème au niveau des sidekicks: l’héroïne a trop de sidekicks (un poulet débile, un cochonnet un peu trouillard mais plein de bonne volonté, une grand mère trop cool, un océan trop sympa mais pas toujours là). C’était si compliqué de définir un vrai sidekick qui soit là du début à la fin ? Le cochonnet on le voit dans l’exposition et ensuite plus là (je m’attendais à ce qu’il reparte à l’aventure) alors pourquoi l’avoir mis autant en avant dans les bandes-annonces ?
Mis à part ces problèmes, Vaiana est un exemple classique d’aventure initiatique où l’héroïne n’est pas à la recherche de l’AmOOOOUUUUr mais veut tout simplement sauver son peuple d’un danger pire que la malédiction: la mort. Vaiana est un des rares cas d’héroïnes qui préfère se retrousser les manches plutôt que de laisser les autres faire les choses (exemple parfait Mulan, une chinoise).
Le film parle avant tout de surmonter la peur est de même la vaincre on le voit à travers le père de Vaiana, le cochonnet, Maui et rien de tel que l’eau une des peurs les plus répandues chez nous,
Bref Vaiana était sympa mais très honnêtement il ne sera pas le film d’animation Disney le plus mémorable du catalogue. 

Alexis du Ciné@lex

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s