A dos de dragon

Je suis sorti de la projection de Dragons 2 un peu mitigé. Le film est bon dans son ensemble et est dans la lignée de Dragons 1, mais l’équilibre entre humour et émotion n’est plus là ou si vous préférez elle s’est distendue.

dragons 2

Dragons 2 de Dean Deblois 

Avec en V.O. Jay Baruchel, Cate Blanchett, America Ferrera, Jonah Hill, Gerard Butler, Christopher Mintz-Plasse

Note: ♥♥♥

Dans cette suite, Harold et son dragon KrockMou explorent le monde pour découvrir de nouvelles terres et de nouveaux dragons. Et c’est lors d’une de leurs explorations qu’ils tombent sur un puissant seigneur qui capture des dragons pour en faire une armée invincible et un personnage qui connait très bien Harold.
Dragons 2 est la suite du 1er Dragons, un film d’animation à l’ambiance épique, impressionnant visuellement et proposant un univers cohérent et rempli de personnages charismatiques et touchant. Il s’agit également de la suite de la série Dragons les cavaliers de Beurk (série qui faisait la transition entre le 1er et le 2ème film) et de l’adaptation d’une série de romans pour enfant parlant de passage à l’âge adulte, de différence et tolérance.
Cette suite fait dans le bigger than life. Tout est fait pour surpasser Dragons 1, les animateurs se sont lâchés sur les scènes de vol, les combats, le rythme est plus soutenu et la majorité du film est filmé à hauteur d’humain ce qui donne une dimension plus impressionnante aux dragons.
Dragons 2 est visuellement encore plus beau que son prédécesseur, les couleurs et les textures sont encore plus belles, l’animation est encore plus dingues. Les dragons ont toujours autant la classe et je ne parle pas des très gros dragons du film qui de nouveau font penser à des kaijus (et de nouveau combat de kaiju-time to cap).
D’un point de vue mise en scène, Dragons 2 se lâche, ce n’est jamais statique, même quand il s’agit de scènes de dialogues et Dean Deblois réussit à ne jamais ennuyé son spectateur ou à l’épuiser avec ce qu’il voit.
Ca bouge plus, on ne reste plus cloisonné à un seul endroit, on va d’un lieu à un autre et on suit des petites aventures dans l’aventure.
Pour ce qui est des personnages, ils n’ont pas autant évolué comme on l’aurait cru, alors certes leurs relations ont évolué: Astrid et Harold sont plus proches que jamais, Varek et Rustik font les yeux doux à Kognedur et bien sûr Harold et KrockMou c’est à la vie à la mort.
Le plus grand changement au niveau des personnages vient des nouveaux personnages. Commençons par le moins intéressant: Eret c’est juste le beau gosse de service qui fait craquer Kogndur (ce qui donne lieu à des gags un petit peu lourdingue) et qui permet d’amener au méchant du film Draco, un personnage d’une stature impressionnante, intimidant sur de nombreux aspects et incroyablement charismatique (si Stoick devait être un méchant il ressemblerait à Draco), un personnage de méchant qui peut rivaliser avec d’autres méchants… de chez Disney par exemple. Et puis il y’a Valka, une femme qui vit avec les dragons, une sorte de femme sauvage mais au grand coeur, une femme avec une personnalité différente de celle des autres personnages féminins, qui va à l’encontre de tout ce qui est fait, elle est au départ mystérieuse, sauvage puis elle devient chaleureuse, douce… et elle est surtout incroyablement belle. Content de la retrouver dans un futur Dragons 3.
Mais qu’est ce qu’il cloche dans le fond dans Dragons 2 ? Et bien c’est la présence trop appuyé de l’humour. En effet, dans Dragons 1l’équilibre était parfait: on avait de l’émotion, du drame et de l’autre côté de l’humour. Mais cette fois, l’humour se mélange à la dramaturgie… où si vous préférez un moment d’intense émotion entre deux personnages (une scène très forte vraiment) et contre balancé par l’intervention d’un personnage secondaire-un sidekick-qui ne peut s’empêcher de faire sa petite réflexion ce qui amoindri un instant fort qui aurait pu être mémorable. L’humour prend parfois le pas sur le drame sur de nombreuses scènes et c’est fort dommage et l’on a le sentiment que cela a été rajouté pour donner de la consistance à des personnages volontairement comiques et donner plus d’humour au film. L’humour oui, l’humour lourdingue non.
Par contre le scénario a le cran de proposer des twists inattendus et de sacrifier un personnage principal de l’univers Dragons, ce qui donne lieu à une séquence réellement traumatisante car l’on se dit “il (le personnage) va se relever”.
Au final Dragons 2 est une bonne suite, plus ambitieuse, plus belle, plus épique, plus impressionnante que le 1er film mais cette suite pêche par une trop forte présence d’humour qui amoindri certaines scènes dramatiques. Cela dit hâte de voir si il y’aura une nouvelle saison les Cavaliers de Beurk qui pourrait faire la transition entre Dragons 2 et 3. Et espérons un Dragons 3 très rapidement… en 2016 (mais rendez nous Chris Sanders).
Alexis du Ciné@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s