La belle et la sorcière

Maléfique ! un film prometteur ? Un film digne de Angelina Jolie ? Une déception ? Et bien pour tout dire, c’est un beau film maladroit par certains aspects (c’est un 1er film quand même) mais qui n’a pas d’autre prétention que d’être un conte filmé revisité.

Image

Maléfique de Robert Stromberg 
Avec Angelina Jolie, Elle Fanning, Sharlto Copley, Sam Riley 

Note: ♥♥♥

L’histoire est connue de tous et est revisitée puisque l’on s’intéresse à la sorcière Maléfique qui a jeté un sort sur un petit bébé: le jour de son seizième anniversaire, l’enfant se piquera le doigt à la pointe d’une quenouille et tombera dans un sommeil éternel sauf si elle est réveillée par un baiser d’amour sincère. Le bébé grandit et ce qui doit arriver arrive.
Maléfique est le 1er film de Robert Stromberg, un spécialiste des effets spéciaux qui a travaillé sur des films comme Avatar. Son travail est tout à fait saluable et bon mais pas transcendant ou révolutionnaire. En effet ce jeune réalisateur n’a pas marqué son film d’une empreinte identitaire, il s’agit d’un film de studio très classique. Alors certes il y’a des plans visuellement beaux (comme le dernier plan de Maléfique) mais tout est un petit peu plat même quand il faut montrer un monde féérique rempli de créatures visuellement jolies. Cela reste impersonnel et l’on pense de suite à des films comme The Hobbit (les 2 premiers films) et surtout on pense à Blanche Neige et le chasseur: même photographie, même style de créature, même approche de la magie et du monde féérique. Dommage mais tant mieux car cela reste plaisant à regarder.
Quant au montage du film, il reste correct mais oublie par moment des personnages “importants”.
Pour ce qui est du scénario, il est classique et linéaire mais il fait la nique au film Disney et au conte de Perrault. Ecrit par une vétéran de Disney Linda Woolverton (scénariste du Roi lion, La belle et la bête, Mulan, Alice au pays des merveille version Tim Burton), elle s’amuse sur quelques points notamment le personnage principal dont elle développe le passé longuement pour en faire un personnage à la fois intéressant, attachant et un peu effrayant, et surtout fait des humains les véritables monstres du film représentés comme cupides, traîtres et violents. Le scénario développe très bien la relation ambigüe qu’entretiennent Maléfique et Aurore la princesse maudite. Mais l’ambiguité de Maléfique disparait malheureusement dans la seconde partie du film et c’est dommage, cela aurait pu créer une sorte de tension dans l’histoire un nerf dramatique incroyable.
Au niveau des personnages, ils sont pratiquement tous fades ou insupportables mais seulement quatre d’entre eux sortent du lot: le roi Stéphane, Diaval, Aurore et bien sûr Maléfique. L’histoire se concentre entièrement sur ces personnages là et c’est tout.
Le roi Stéphane est montré comme LE méchant du film, une sorte de schizophrène paranoïaque qui a une profonde haine pour Maléfique (tout à fait illégitime cette haine) du fait de sa cupidité et de sa folie destructrice qui a un total mépris pour ses semblables. Sharlto Copley (oui Wikus dans District 9 et Kruger dans Elysium) fait un bon travail de composition et les rôles de méchant lui vont à ravir.
Diaval qui était le corbeau fidèle de Maléfique dans le dessin animé de Disney (et qui dans le dessin animé avait une certaine personnalité) prend une nouvelle dimension, il devient le serviteur, l’ami, le confident (peut être plus qui sait… avec le temps) de Maléfique, c’est un personnage comique par certain aspect mais qui reste attachant malgré tout. Sam Riley s’en sort bien.
Aurore est une fille à la fois naïve, toujours joyeuse et nullement effrayée. Elle entretient une relation quasi mère/fille avec Maléfique avec la sorcière touchante. La jeune Elle Fanning (16 ans, le même âge que son personnage) est la parfaite incarnation de Aurore, offrant beauté, naïveté, gaieté, avec un naturel qui fait plaisir.
Mais la meilleure reste Maléfique, un personnage magnifiquement interprété par une Angelina Jolie qui assure à elle seule le spectacle, ce rôle est sans nul doute le rôle de sa vie car il lui va comme un gant. Elle retranscrit froideur, fascination et terreur. Dommage simplement que le côté méchant du personnage ne se voit pas, Maléfique est simplement ambigüe.
Après ces quatre personnages, que dire des autres ? Rien ! Soit ils sont oubliables, fades ou insupportables. Oubliable comme la reine des humaines qui fait une courte apparition au milieu du film. Fade comme le prince Philippe qui lui aussi n’apparait que cinq minutes à l’écran. Et insupportables comme les trois fées qui non seulement sont dépeintes comme des irresponsables mais elles ne sont pas charismatiques comme Maléfique ou sympathiques. Et pire on les oublie elles aussi pendant quelques minutes avant qu’elle reviennent dans l’histoire comme un cheveux dans la soupe.
En ce qui concerne les effets spéciaux, le travail reste bon et mérite le coup d’oeil, certaines créatures sont vraiment jolies mais tout cela ressemble à Blanche Neige et le chasseur. Le maquillage de Maléfique lui marche très bien et respecte le design du personnage issu du dessin animé.
En résumé, Maléfique est un premier film bon dans l’ensemble mais pêche par un manque de personnalité dans sa mise en scène trop plate, par contre Angelina Jolie est incroyable (et c’est un non admirateur qui le dit). Mais si les films pouvaient être de la qualité de Maléfique chez Disney, je dis “oui”. Donc à voir. Au fait, la chanson du film, chantée par Lana Del Ray, qui est une reprise de “Mon amour je t’ai vu au beau milieu d’un rêve” est vraiment classe.

Alexis du Ciné@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s