La musique dans la peau

Je ne pense pas aimer ou détester Inside Llewyn Davis. Mais j’étais pas en mesure aujourd’hui de rire ou même de pleurer… était-ce à cause du temps morose ? De la vie terne ? Du dimanche après-midi ? J’étais parti, au départ, pour aller voir 9 mois ferme de Dupontel pas de pot, je pars trop tard de chez moi. Tant pis je décide d’aller voir Quai d’Orsay, pas de pot complet. Tant pis que reste-t-il ? Des films en 3D ou alors Inside Llewyn Davis. Gravity déjà vu, Thor 2 ne m’intéresse pas, et le reste sont des films pour gamins, je me rabats sur Inside Llewyn Davis.

Image

Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen
Avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, John Goodman, Garrett Hedlund

Note : ♥♥♥

J’aime les frères Coen, leur cinéma est particuliers, il peut passer du rire au drame, de la légèreté à un déferlement de violence, le tout enrobé de personnages siphonnés aux situations surréalistes.
Inside Llewyn Davis raconte l’histoire de Llewyn Davis, un chanteur et guitariste folk looser sur les bords, lunatique, rêveur, cruel, mais qui a un certain charisme et qui ne peut s’empêcher de s’embarquer dans des histoires compliquées qui le dépassent. Car la seule chose que veut Llewyn c’est gagner sa vie en chantant.
Que les choses soient clair, ce film n’est pas un mauvais film (qui pourrait dire du mal des frères Coen ?) mais il y’a des jours où on ne sait pas quoi dire clairement sur une chose (en l’occurrence un film). Pour moi Inside Llewyn Davis est une sorte de The big Lebowski réaliste. Notre héros traverse l’histoire à cause d’évènements qui le dépassent (une fille chanteuse l’envoie se faire voir parce qu’il peut être responsable du fait qu’elle est enceinte, il se rend à Chicago accompagné de deux énergumènes, il fait la route avec des chats roux, s’embrouille avec tout le monde) mais sans jamais provoquer des situations qui peuvent le sortir de son désarroi ou de sa misère. Llewyn est un personnage mélancolique qui ne veut qu’une chose: vivre de sa musique. Et pour rester dans cette situation précaire, on a l’impression qu’il cherche à se détacher émotionnellement des gens et même de ceux qu’il affectionne (sa sœur, ses amis qui l’hébergent, ses amis chanteurs) pour vivre un peu de son rêve ou de constamment échouer dans son envie de rentrer dans le moule de la vie quotidienne morose, sans saveur.
Etrangement (et le connard que je suis ne peut s’empêcher de se la ramener) je me suis identifié à ce type. Ce qui fait que je comprends son mode de vie, sa philosophie de la passion, sa relation complexe avec les gens. Llewyn Davis est une sorte de reflet de moi-même (bravo ma couille maintenant va prendre une douche froide pour te calmer).
Et Autour de ce personnage de Llewyn Davis, il gravite d’autres personnages qui sont soit terre à terre (sa sœur et sa non copine) ou trop en l’air (comme ses amis qui l’hébergent très souvent) pour le comprendre réellement. Bref Llewyn est bloqué entre deux univers qu’ils lui ont tout donné mais dont il ne sait pas quoi faire au final.
Du début à la fin, on assiste à un film en circuit fermé, qui commence et se termine de la même manière, comme pour nous dire que Llewyn ne changera jamais et que les choses ne changeront jamais.
Les personnages secondaires sont réalistes, amères, ne vivant que dans un consensus sans jamais vouloir le dépasser (exemple parfait avec la sœur et la non copine de Llewyn), ne cherchant jamais à voir plus loin que le bout de leur nez.
Niveau interprétation Oscar Isaac est excellent, offre le physique et le charisme de l’artiste fêlé intérieurement qui balade une dégaine de désabusé. Un Lebowski réaliste, je vous dis (barbe mal rasée, une apparence sale, les mêmes vêtements portés tout au long du film).
Le reste du casting est bien sûr super bien choisi: Carey Mulligan est méconnaissable mais très mignonne en non-copine qui envoie balader Llewyn tout le temps, Justin Timberlake est très sympa même si on ne le voit pas beaucoup (il devient crédible en tant qu’acteur). Bref ces deux zigotos sont très bons.
John Goodman est drôle (un Walter de la musique) et tragique, comme un futur probable de Llewyn Davis ? Possible, en tout cas John Goodman est toujours aussi pince sans rire mais avec cette touche qui le rend vulnérable. Garrett Hedlund fait peur en beau gosse et bras droit de John Goodman, une sorte de James Dean au comportement encore plus asocial que Llewyn.
Quant aux chats ils sont juste attendrissants. Des gouvernails de Llewyn Davis ils représente aussi l’humanité du chanteur ou du moins ce qu’il en reste.
La mise en scène des frères Coen est glaciale, posée calculée au millimètre près mais dont il nous vient en pleine face des instants étranges, farfelus. Et c’est peut être le défaut du film : la réalisation est trop froide pour en faire ressortir une émotion.
Alors certes Inside Llewyn Davis n’est pas un film très drôle mais il est parsemé d’instants comiques devant lesquels Llewis est aussi déconcerté que le public. La photo est splendide, décolorée… et le plus étonnant c’est que l’on pourrait croire que les couleurs pourraient devenir plus flamboyantes quand Llewyn joue mais non, les couleurs restent sombres comme si la magie ne pouvait opérer dans l’univers de Llewyn Davis.
Pourtant la musique et les chansons sont superbes et emprunts de cette dualité qui caractérisent son personnage: magnifiques et pourtant durs et tristes.
Pour terminer, je dirai que Inside Llewyn Davis est une odyssée qui transporte le personnage principal d’un point A à un point B en lui faisant vivre moult aventures, mais qui, contrairement au héros grec, ne rencontrera ni gloire, ni fortune… Llewyn Davis restera ce type avec des rêves plein la tête mais accroché au bitume de la triste réalité.
Inside Llewyn Davis est un film réalistiquement étrange, doucement drôle, doucement mélancolique, un film poème que les poètes auraient peut être aimés. Etrangement je dis plus de bien que de mal sur le film mais je ne peux pas réellement me prononcer pour un avis concret.

Alexis du Ciné@lex

One thought on “La musique dans la peau

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s