Le prince des ténèbres est de retour

Riddick n’est pas vraiment le personnage de S.F. que j’affectionne particulièrement. Non pas que je lui reconnaisse une classe de anti héros que l’on ne trouve plus aujourd’hui, mais je n’ai jamais attaché une réelle importance au personnage. Je l’avais découvert dans Pitch Black, mais le film ne m’avait pas vraiment marqué, quand aux Chroniques de Riddick je n’y au pas prêté plus d’importance. Et ce troisième épisode aurait pu passer inaperçu à mes yeux… sauf que les images que j’ai vu, tiré de ce Rddick m’ont fait saliver. La première image est un plan de Riddick sortant la tête de l’eau façon Martin Sheen dans Apocalypse Now (et quand on sait que j’adore Apocalypse Now) et puis il y a eu des plans iconiques de Riddick sur un trône façon Conan… à ce moment a quelque peu titillé ma curiosité et je me suis dit que j’irai voir. 

Image

Riddick de David Twohy

Avec Vin Diesel

Note : ♥♥

L’histoire se situe bien après la fin des Chroniques de Riddick. Devenu le grand chef d’un peuple de guerriers, Riddick ne rêve que de retrouver Furya. Débarqué sur une planète, il est trahi par ses hommes et laissé pour mort, Riddick décide de redevenir Riddick: l’être le plus dangereux de l’univers.

Riddick est un film qui sent les années 80 avec des images qui rappellent Predator, Conan le barbare. Les dialogues sentent les années 80, tout comme les personnages. Par contre le début est maladroit et pas très intéressant, on suit Riddick avec sa voix off qui n’est pas vraiment utile, d’autant plus qu’on ne l’entend plus du film par la suite. Les scènes du début semblent s’enchainer sans une réelle logique et ça tourne quelque peu en rond. Par chance le film accélère la cadence quand Riddick comprend que la planète risque d’être plongée dans une sorte de nuit très dangereuse.

le final est du même niveau que le début, mais dans le sens contraire cette fois: trop vite expédié.

Mais entre le début et la fin, ça devient intéressant et Riddick se rapproche de Pitch Black. Riddick se confronte à des chasseurs de primes et va leur en faire baver.

Un autre regret à rapporter: il n y a pas un monstre qui se détache de la faune de la planète ou même un méchant réellement charismatique qui puisse rivaliser avec Riddick (à moins que ce soit lui le méchant charismatique). Cela dit Riddick est implacable, calculateur, sarcastique, testotéroné et badass. Mais aussi très sympathique avec un toutou qui lui rend bien (pas de zoophilie).

Les chasseurs de primes sont quelque peu quelconque mis à part un personnage féminin qui rappelle Sarah Connor et Vasquez dans son comportement et sa tension sexuelle envers Riddick. Le chef des chasseurs de primes est une véritable ordure mais qui génère aussi une tension sexuelle avec Riddick: un concours de bite en quelque sorte. D’ailleurs il n y a qu’une femme durant tout le film (excepté les femmes dénudés du début et une prisonnière vite tuée) et tous veulent jouer les plus virils jusqu’à ce que Riddick apparaisse et lui dise clairement qu’il veut se la faire, avance qu’elle ne refuse pas et qu’elle dit clairement à son chef. Les autres personnages masculins sont émasculés symboliquement, tous sont armés de super flingues et pourtant ils n’arrivent pas à faire face au danger alors que Riddick ne se bat qu’avec un couteau.

Le film est également sanglant (parfois gore) mais cette violence est contre balancé par un humour noir digne d’un CLint Eastwood du temps de la trilogie des dollars.

Le film est plutôt bien réalisé avec des plans iconiques (références citées ci -dessus), par contre les effets numériques semblent bâclés et parfois sentent mauvais (les toutous en CGI craignent un peu).

Son ambiance est un mélange d’horreur S.F. et d’action, ce qui fait que Riddick ne fait pas vraiment peur mais reste bien tendu (les apparitions furtives de Riddick sont superbement faites). Le style visuel est cohérent, le design des vaisseaux et des véhicules est vraiment sympa (et de nombreux dessinateurs de science-fiction devraient être fier du film).

Bref ce Riddick est un film des années 80 réalisé de nos jours. Pas un chef d’œuvre mais sympathique.

Alexis du Cine@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s