La somme de toutes les peurs

The conjuring est un film flippant. James Wan avec peu de moyen sait filmer la peur… la vraie. Faire de l’ancien avec du moderne n’est pas chose aisée, d’autant plus que de nos jours, les spectateurs sont habitués à un énorme “bouh” accompagné de tambour. James Wan est loin de faire ça, même si il le fait par moment. La peur s’insinue à travers nous, sans que l’on se rende compte… et si c’est le cas, un sentiment désagréable se manifeste, nos membres tremblent, notre attention est accaparée par le moindre détail, le moindre élément qui ne colle pas avec le reste. 

Image

The conjuring de James Wan

Avec Patrick Wilson, Vera Ferminga

Note : ♥♥♥♥

Après le terrifiant Insidious, le réalisateur du premier Saw remet ça: il décide de filmer une nouvelle histoire d’esprits démoniaques qui s’en prennent à une famille tout à fait normal, mais face au danger, un seul recours: les Warren, des spécialistes du paranormal.

Inspiré d’une histoire vraie, The conjuring raconte le calvaire vécu par une famille dans une maison jusqu’à l’arrivée des Warren qui vont tout faire pour les aider. Il y a une chose de sûr quand on voit The conjuring, James Wan aime les films d’épouvante et cela s’en ressent dès le début: musique angoissante, atmosphère étouffante et le sentiment de s’être fait piéger (dans le bon sens du terme). A la différence de son précédent film Insidious, James Wan raconte 2 histoires parallèles, il présente 2 familles totalement opposées, il jongle entre ces 2 univers pour mieux nous faire comprendre les tenants dramatiques, terrifiants de son histoire. Et lorsqu’elles vont se rencontrer, cela va provoquer une sorte d’explosion de terreur.

La mise en scène du réalisateur de Dead Silence est très classique, parfaitement découpée: travelling lents, cadres posés, peu de mouvements brusques, peu de shaky-cam… et même si il y en a, cela reste visible pour le bien des yeux du spectateur. Si le cadre est tout à fait classique, c’est bien ce qu’il y a à l’intérieur qui provoque le malaise: commencer un film sur un gros plan d’une poupée au sourire terrifiant, peut faire les plus cyniques, mais démontre que le malsain et la peur vont faire bon ménage durant tout le film. En seulement quelques minutes la peur s’est installée, car en commençant par présenter une affaire terrifiante au dénouement… suspendu. L’idée est intéressante de commencer par une histoire qui n’a rien à voir avec le reste du film mais qui permet de présenter les Warren. Exit les clichés des médiums excentriques ou des spécialistes illuminés, les Warren sont des gens normaux faisant un métier peu classique certes, mais ils vivent dans une maison normale (enfin presque), ont une fille. Les Perron sont une famille nombreuse et tout à fait normale… mais qui a eu la mauvaise idée de choisir de vivre dans la maison hantée. Au niveau du casting James Wan a encore fait des merveilles: les acteurs et actrices qui composent la famille Perron sont crédibles, attachants et jouent très bien. Quant à la famille Warren, le plus est là: Vera Farminga est excellente en Lorraine Warren et Patrick Wilson, qui retrouve pour la seconde fois son réalisateur fétiche, est excellent dans le rôle de Ed Warren, on peut le dire: Patrick Wilson assure! Quant aux flic et au jeune associé des Warren, leurs rôles sont plus comiques et servent à détendre une atmosphère bien tendue.

Au delà d’un scénario classique mais efficace, le vrai point fort du film est sa mise en scène, tout en crescendo, usant très peu du jump scare (et si il y’a, c’est bien amené), il laisse en suspend la peur pour mieux l’envoyer en pleine figure aux spectateurs: les visions de morts, les apparitions d’esprits sont superbement amenées (le sound design qui prévient de l’arrivé d’un esprit est très bien travaillé) et les clichés de portes qui grincent ou les explorations de lieux maléfiques comme la cave sont incroyablement tendues et filent la trouille. James Wan a gagné en maturité et se permet de créer des plans séquences longs parfois subjectifs. Il s’autorise même des mouvements de caméra complexes réalisés dans des espaces extrêmement restreints. Le film est composé de moment de bravoure que même le magnifique Mama n’avait pas réussi à atteindre et la peur du noir et des grincements de porte n’ont jamais autant fait frémir les spectateurs (et croyez moi des scènes dans le noir, le film en regorge). La suggestion est le maitre mot durant une bonne partie du film (alala cette scène du “je vois quelque chose mais pas vous… frisson garanti), un peu comme Les dents de la mer, et cette suggestion joue avec nos nerfs avant de balancer un deuxième acte téntanisant de peur et enfin un final assez terrifiant en présentant le mal en pleine figure. Soyez rassurés pas de spoilers… mais croyez moi ces instants de peur sont vraiment terrifiants.

En ce qui concerne les esprits, bien qu’ils aient l’air tout à fait normaux (mis à part le teint pâle) ils sont bluffant de terreur, leur semblant d’inactivité est leur meilleure attaque car ils frappent là où on ne les attend pas. Mais bien sûr le plus terrifiant reste la sorcière, faisant des apparitions de plus en plus remarquées. Son design est par ailleurs terrifiant (bien que le maquillage soit très classique).

Un petit mot sur la musique : parfaite. Le compositeur enfonce le clou de la terreur avec une musique malsaine et sacrément dérangeante qui accompagne le film.

Au niveau des reproches: The conjuring est peut être un peu long (1h50 c’est un peu trop long pour un film d’épouvante), même si à la seconde vision ça passe mieux, une sous intrigue pas forcément intéressante mais par chance vite zappée, un dernier quart d’heure too much par petit bout (vous verrez par vous même) et peut être que le flic et le jeune associé n’étaient pas vraiment utiles.

Mais il y a pas à dire The conjuring est un film d’horreur effrayant et James Wan a de nouveau touché le jackpot. Efficace et pas chère, c’est The conjuring que je préfère. Go ahead James! Make me scare!

Alexis du Ciné@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s