Un scientologue dans la ville

Tom Cruise est de retour et il fait très mal. Depuis quelques années, le petit man n’arrivait plus à attirer le public, Night and day avait été un sympathique film d’action comédie mais vite oubliable. Mission impossible 4 remontait la pente, et Jack Reacher confirme ce retour en grâce. 

Image


Jack Reacher
de Christopher Mcquarrie
avec Tom Cruise, Rosamund Pike, Robert Duvall, Werner Herzog

Note: ♥♥♥

L’histoire se concentre sur une fusillade causant la mort à plusieurs innocents et à l’enquête de l’énigmatique Jack Reacher (ancien PM de l’armée américaine) qui va découvrir que ce massacre caché quelque chose de plus important.
Jack Reacher est tiré d’un roman dans lequel le mystérieux anti héros est un personnages récurrents  du romancier Lee Child.
Présenté comme un polar nerveux et brutal, Jack Reacher est un film porté sur les épaules de ce bon vieux Tom Cruise qui prouve que même en s’approchant de la cinquantaine il est capable de surprendre son monde.
A la fois thriller, actionner nerveux et polar énervé, Jack Reacher associe parfaitement l’ensemble avec une mise en scène très classique laissant se dérouler l’action et le suspense comme avant, surprenant le spectateur par une violence sèche et réaliste qui fait très mal mais aussi en alliant un personnage très cinématographique rappelant Clint Eastwood dans la trilogie des dollars de Leone (passé mystérieux, capable de sortir de situations périlleuses et humour cynique) et l’inspecteur Harry de Don Siegel (avec une intro nous plaçant dans la peau du tueur, omniprésence de la ville, personnage de l’histoire, Jack Reacher prêt à utiliser des méthodes peu orthodoxes pour faire triompher la justice).
La part du gâteau revient certes à Cruise (qui prouve qu’il capable d’être un actionner) mais aussi à Werner Herzog qui se montre inquiétant en grand méchant du film.
Le réalisateur Christopher Mcquarrie réussit le pari de faire un polar qui sent les années 70 (voitures, fringue classes, tatanes dans la face) de nos jours: on retrouve même une course poursuite en voitures avec tôles froissées.
Alors c’est vrai, voir débarquer un film pareil en plein drame aux Etats-Unis peut sembler un peu trop de mauvais goût mais le film reste dans le registre de la fiction et ne cherche à aucun moment à essayer de pointer du doigt ou à critiquer la violence américaine car après tout ce n’est pas le sujet du film.
Bref Jack Reacher est un film sympathique, un poil trop long mais qui a le mérite d’être badass jusqu’au bout.

Alexis du cine@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s