Les Critics Knights : des passionnés du cinéma sur internet

Ils viennent des quatre coins de la France : nord, sud, est, ouest. Ils ne devaient pas se rencontrer et pourtant la passion du cinéma les a fait se connaître. Nous avons Anthony CinéRaté, Le Daron, le Ciné d’Elvis, Cine@lex, le Reaper. Des noms qui commencent à se faire connaître et à jouir d’une certaine réputation sur le site de partage de vidéos : YouTube.

Il y avait Cyprien, Norman, Hugo, des jeunes comiques qui traitaient de sujets qui touchaient les jeunes. Il y avait le Joueur du Grenier, Hooper,  Bob Lennon pour les jeux-vidéos. Mais il n y avait pas de jeunes internautes français pour parler du cinéma… alors que les jeunes entre 14 et 25 ans représentaient 26,8 % des spectateurs français au cinéma, en 2009, l’idée de se lancer dans l’aventure du « parlons cinéma » n’est pas vraiment venu à l’esprit de ces cinéphiles très voraces… dévorant les gros films de Hollywood ou le cinéma d’art et d’essai européen. Mais il semblerait que la donne change. En effet, depuis peu, de jeunes internautes se lancent dans l’aventure du « parlons film » sur YouTube, avec plus ou moins de succès. Nous parlerons aujourd’hui de ceux qui se sont lancés dans cette aventure en premier.Commençons par cine@lex.

Cine@lex se définit lui même comme un passionné qui parle « simplement et avec sincérité et avec humour (quand cela est possible) de films, de DVD ». Ce jeune internaute  a commencé a posté des vidéos il y’a plus de trois ans, en 2009. Comme il le raconte dans une de ses vidéos, l’envie de faire des critiques filmées vient de modèles américains qui l’ont inspiré et donné envie de se lancer dans l’aventure. Au fil des années, cine@lex a publié plus d’une centaine de vidéos parlant de mauvais films mais aussi de grands films avec honnêteté.

Mais si vous préférez voir quelqu’un s’énerver sur des films indéfendables, nous vous conseillons Anthony CinéRaté. Ce jeune homme aime (« déteste » selon lui) parler de films très mauvais avec panache et humour, tout en pointant du doigt leurs faiblesses. Apparu sur YouTube, il y a plus de deux ans et publiant des vidéos depuis plus de onze mois, une communauté de fans s’est agrandie depuis, grâce à la qualité de ses vidéos, ses analyses, son humour et aussi à sa personnalité diabolique qu’il affiche fièrement et dont ses fans aiment parodier via des dessins ou des montages photos.

Pour ceux qui recherchent quelqu’un  qui ne se prend pas la tête mais qui analyse avec précision, tel un scalpel, un film (bon ou mauvais), ils peuvent se rabattre sur Le Daron et sa fameuse Chronique du Daron. Si ce jeune homme de 20 ans, mais qui fait plus vieux, d’où son surnom du Daron, aime parler de comédies, de blockbusters, de films épiques avec une telle sincérité c’est bien pour vous conseiller les films à aller voir ou à éviter absolument. Apparu il y a plus de six mois avec sa critique sur Avengers, ce jeune homme attire de plus en plus d’internautes et commence à avoir sa communauté de fan à lui. Et si quelque chose ne lui plaît pas, le Daron répondra d’un magnifique « What the f… »,  digne d’un « Hasta la revolucion sempre » preuve d’un esprit rebelle et toujours en accord avec ses idéaux cinématographiques.

Evoquons si vous le voulez bien le cas de celui que l’on nomme Le Reaper. Le Reaper et sa chronique sur les coffrets DVD ou blue ray ne sont pas là pour vous faucher ou vous coupez la tête. En temps de crise, écouter la voix d’un sage qui vous conseillera de ne pas dépenser votre argent bêtement dans des achats que vous pourriez regretter par la suite. Le Reaper a commencé ses vidéos il y a peu certes mais il ne s’intéresse pas au film, mais plutôt à son package: la qualité du produit, ses ualités et ses défauts. Prenant de plus en plus d’assurance dans l’élaboration de ses vidéos, le Reaper devient un personnage à part entière, une sorte de geek plongé dans un univers geek référenciel. Et même si ses vidéos mettent du temps à être publiées, le résultat est bien là: le DVD et son package sont traités de fond en comble. Un personnage original culte à en devenir.

Le ciné d’Elvis fait parti, tout comme le CinéRaté, de ses personnages qui de part leur originalité et leur proximité avec leurs fans est devenu un exemple de critique à suivre et un modèle d’inspiration. Elvis est un amoureux aussi du cinéma, il aime traiter chacune de ses vidéos comme si il s’agissait d’un court métrage (d’ailleurs il a commencé par réaliser des courts métrage en amateur avec sa bande de potes comme le faisaient certains grands réalisateurs) avec sa muse et partenaire Neko, Elvis créé un univers à la fois très référenciel mais aussi emprunt d’une envie de marquer sa personnalité: création d’un personnage un peu fou, décalé et plein d’humour et d’énergie. Elvis a commencé il y a un peu plus d’un an à faire des vidéos et il est très loin de vouloir s’arrêter… et tant mieux.

Passons maintenant à l’être le plus mystérieux, une sorte d’énigme à lui tout seul, un personnage reconnaissable par une belle gueule d’ange et une voix posée et rythmiue: Matt d’Etat critique. Il s’agit bien sûr du critique cinéphile qui a tout explosé: 1143 abonnés, 2 127 982 vues. Il a su allié avec talent humour (moins fou que Elvis ou CinéRaté) et informations détaillées et pendant un temps, que lui seul a décidé, il va fournir à son audience de nombreuses information liées au film qu’il analyse. Personnage mystérieux et charismatique grâce à sa voix, Matt d’Etat Critique fait figure de future grande star française d’internet sans avoir besoin à montrer son visage dans une de ses vidéos.

Et pourquoi l’évocation des Critic Knights dans le titre de cet article ? Car ces jeunes critiques de films ont décidé de s’associer pour partager ensemble et défendre, unis comme un seul bloc,  leur amour du cinéma tel des preux chevaliers prêts à défendre leur patrie. Les Critic Knights n’ont aucune prétention d’être meilleurs que d’autres, mais cherchent toujours à allier l’utile à l’agréable, la passion avec autrui. Les Critic Knights veulent surtout défendre et partager l’amour du cinéma aux plus jeunes, comme aux plus cinéphiles. Un devoir intellectuel.

Alexis Luccisano

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s