Ca sent la testostérone ici

Un jour, un grand homme a dit “the balls are inert” et bien nous pouvons dire “the balls are not inert“.  Et oui, The Expendables 2 est enfin sorti France, depuis le 23 août. Tout juste deux ans après le 1er Expendables. Alors pour certain The Expendables 1 avait été rendez vous manqué, mais en fait il s’agissait d’un hors d’œuvre. Cette fois ci nous pouvons dire qu’avec The Expendables 2 nous attaquons le plat principal. Mais que penser de cette suite ?

Image

The Expendables 2 de Simon West

Avec Stallone, Statham, Li, Lundgren, Norris, Crews, Couture, Hemsworth, Van Damme, Willis, Schwarzenegger

Note: ♥♥♥♥


Faire monter la température

The Expendables 2 a un scénario simple, direct et efficace, même si il est mince: les Expendables reprennent du service, sur ordre de Chapelle (Willis), et doivent empêcher un trafic de plutonium mené par le terrible Jean Vilain (Jean-Claude Van Damme) en Albanie. Ca va saigner.

Remontons dans le temps. Il y a dix mois de cela sur internet débarque certainement le teaser le plus efficace, hot, excitant de la décennie. Imaginez: Stallone, Statham, Li, Lundgren, Couture, Crews (normal casting original) mais vous rajoutez à cela Jean-Claude Van Damme (yeah), Willis (oh yeah), Norris (OH MY GOD) et Schwarzenegger (I’m back). Mais derrière ce teaser efficace, The Expendables 2 tape t-il très fort ? La réponse est… OUI et sans hésitation.

L’Action-Man efficace

The Expendables 2 est réalisé par Simon West, réalisateur connu pour avoir réalisé le très mauvais Lara Croft: Tomb Raider (avec Angelina Jolie), Terreur sur la ligne (remake pas terrible d’un film d’horreur japonais). Sa filmographie très mince ne laisse apparaître, à première vue, que des films mauvais ; pourtant Simon West a réalisé Les ailes de l’enfer (avec Nicolas Cage), un vrai film d’action digne des meilleurs films du genre et très en vogue dans les années 90. Ce film pouvait être considéré comme son meilleur film… jusqu’à ce que Simon West réalise The Expendables 2.  Car si le film n’est pas exempt de défauts, le réalisateur revient au cinéma d’action old school des années 80 -90 que les plus grands maîtres du genre n’auraient pas renié à mettre en boîte: la réalisation est fluide, dynamique, spectaculaire, rythmé et surtout l’action est lisible. Il suffit de voir l’intro du film pour se rendre compte que Simon West sait filmer et monter de l’action comme le public les aime. Au départ le film s’ouvre sur la cruauté des méchants, ensuite Simon West embraye sur les Expendables qui prennent d’assaut la base ennemie, se divisant en petit groupe ou en opérant en solo (moment de gloire de Jet Li en pleine forme et cassant du méchant comme avant) pour finalement revenir au point de départ (sauver un prisonnier).

 Se castagner entre copains

Une des choses qui pouvait être reprochée dans le 1er Expendables était l’esprit de groupe mal exploité. Cette fois ci chaque membre montre ses capacités au combat mais surtout un esprit de camaraderie quasi familial : la relation entre Yin Yang et Gunnar très rigolote (ils n’arrêtent pas de se chamailler) est bien développée. La relation père/fils entre Barney Ross et Billy est très émouvante mais jamais guimauve. Cette cohésion dans le groupe est justement le tournant dramatique du film, car si les Expendables devaient accomplir une mission classique, ils le font au bout du compte pour venger l’un des leurs.

Les acteurs s’en donnent à cœur joie, s’amusent et cela se voit (la réaction du public le prouve). Ne serait ce que pour voir Jet Li mettre une rouste à des méchants, voir Schwarzenegger dire “je suis revenu”, ou même l’apparition de Chuck Norris qui joue en même temps sur son côté légende exagérée (remember les Chuck Norris fact), et qui de plus assure le spectacle quand il est là. Jean-Claude Van Damme est convaincant en méchant (il est impitoyable, psychopathe, flippant). Mention spéciale à Liam Hemsworth qui prouve qu’il est un futur grand du cinéma d’action et qui donne une dimension dramatique et humaine en peu de temps.  Nos héros ne font pas dans la bouffonnerie, démontrant même un culot de tous les diables en montrant qu’ils ne sont pas prêts à prendre leur retraite.

On savoure au final

Et même si The Expendables 2 a ses moments dramatiques, il reste un film d’action explosif dans lequel on ne s’ennuie jamais (humour omniprésent, références aux carrières de Stallone, Willis, Schwarzenegger et combats à gogo): il y a de l’explosion, des gunfights, du sang, des explosions de tête, du corps à corps musclé (le combat final entre Van Damme et Stallone est vraiment impressionnante et ressemble à un final d’actionner des années 80/90).

Rien ne peut amoindrir le rythme du film: ni la pseudo romance  entre Barney Ross et Maggie (Yu Nan convaincante quand elle met des kick dans la face), ni les décors ridicules utilisés (tout se passe en Europe de l’est, dommage).

Alors The Expendables 2 n’est pas exempt de défauts: Jet Li disparait au bout d’un quart d’heure, Chuck Norris n’est pas très présent (mais il assure) et puis le film aurait mérité un peu plus de scènes d’action et d’une vraie grosse scène d’action finale. Mais dans l’ensemble nous sommes face à un très bon film : bourrin, fun et jouissif aidée par une réalisation soignée, voir même old school. Are you ready? This is not a war this is The Expendables 2, oh yeah!

Alexis du Cine@lex

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s