Salut tout le monde ! Et me revoici pour une nouvelle vidéo. Cette fois-ci une nouvelle réaction à un trailer: celui de Chappie le nouveau film de Neil Blomkamp (District 9 et Elysium) avec Sharlto Copley et Hugh Jackman.
Enjoy !!!

Alexis du Ciné@lex

Il est impossible de parler correctement d’un tel film. Nous sommes face à un film qui n’a pas de réelle logique. On ne peut pas avoir la prétention d’analyser ce film, de parler des significations, de dire pourquoi ce film est un tel classique ou une chose bizarre.

2001-l-odyssee-de-l-espace-1968

2001 : L’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick

Note: vous plaisantez ???

2001 n’est pas un film conventionnel même après toute ces années. Je ne peux pas en parler comme d’un simple film ou un simple classique ou un simple chef d’oeuvre (prétentieux je suis ? Non je ne peux pas parler normalement de ce film). Le film en lui même est souvent classé dans la catégorie science-fiction mais est-ce réellement de la science-fiction ?
Pour moi 2001 : L’odyssée de l’espace est l’équivalent ou même une représentation picturale de ce qu’est un rêve (ou un rêve que je peux faire). Qu’est ce qu’un rêve ? Pas une histoire linéaire qui a un début, un milieu, une fin avec des péripéties par ci par là… une succession illogique d’évènements qui n’ont aucun lien apparent mis à part la personne qui rêve. 2001 est un rêve incontrôlable.
L’histoire n’a aucun sens apparent, il n’y a pas de réel début, pas de héros que l’on peut clairement identifié, pas de fin.
Tout commence par ce qui semble être l’aube de l’humanité…une humanité qui vit dans une parfaite harmonie (sans parler de paix bien sûr) où animaux se côtoient simplement. Et puis un objet mystérieux, un monolithe apparait et c’est à partir de là que l’humanité va décliner…l’humanité découvre la technologie et va s’en servir pour détruire. Des siècles plus tard par une transition brutale devenue culte nous voici dans le futur. La technologie est à son apogée mais de nouveau la technologie va tuer, va pousser l’humanité à tuer. Et puis l’humanité devient plus rien, une vieille chose sous le joug d’une entité qui lui ait supérieure, elle respecte cette entité mais la craint aussi. Mais l’humanité ne pourra échapper ou vaincre ce qui lui ait supérieure, elle se laisse faire impuissante.
Voilà comment on pourrait résumer l’histoire de 2001 et pourtant cette histoire de réelle logique, n’apporte pas aux spectateurs une quelconque explication rationnelle et même si ils en cherchent une, elle est vite balayée.
Ce n’est pas comme Interstellar (j’ai rien contre le film, j’ai beaucoup aimé) qui cherche à toujours trouver une explication logique à chaque problème (et qui s’en retrouve toujours résolu au bout du compte).
Bien sûr 2001 est une prouesse technique car personne, avant Kubrick, n’avait représenté l’univers de cette façon: pas seulement de manière réaliste mais également effrayante, indomptable. La réalisation démontre tout le bon de géant qu’a fait l’industrie des effets spéciaux, Mais la réalisation démontre tout un mystère, une terreur de l’histoire grâce aux angles de caméras qui donnent le vertige, l’impression d’impuissance.
Et puis à cela se rajoute la musique: uniquement composée de morceaux déjà existants composées par de grands compositeurs comme Strauss et Ligeti. Le 1er montre les bienfaits de la technologie, rassure le spectateur. Le second fait peur, nous place devant l’inconnu, nous oblige à pénétrer dans un cauchemar terrifiant, ténébreux.
Les morceaux de bravoure du “film” sont nombreux mais la découverte du pouvoir de la technologie, les voyages dans l’espace, le voyage astral dans l’infini et le plan final sont et resteront cultes.
Quant à moi, 2001 : L’odyssée de l’espace est la parfaite représentation de ce que je rêve et Kubrick l’a parfaitement retranscrit. Un film ? Non, c’est bien plus que ça.

Alexis du Ciné@lex

DSC01106

© Alexis LUCCISANO

Le mauvais temps n’épargne rien n’y personne. Alors que le Var connait une des plus violentes intempéries de ces dernières années, de nombreuses feuilles de platanes ont été retrouvées mortes dans les rues de Toulon.

Ce spectacle désolant n’a pas laissé indifférent les pompiers de la ville de Toulon (83). Alors qu’ils se rendaient chez les familles sinistrées, les soldats du feu ont été les témoins d’une vision cauchemardesque.

« C’était horrible. » Lance un jeune pompier volontaire, son collègue surenchérit « Voir toutes ces feuilles étalées sur les routes et les rues, mes yeux baignaient de larmes. »

Mais pourquoi ne pas être intervenu alors ? « Un de mes hommes allait appeler les ambulanciers mais je l’en ai empêché je lui ai dit que c’était trop tard- Soupire le capitaine- Il espérait que parmi eux il y’aurait des survivants. »

Et les pompiers ne sont pas les seuls à avoir été traumatisé par ces visions. Des sinistrés ont également été choqués par ce qu’ils ont vu. Une maman explique « Il s’était arrêté de pleuvoir et l’eau avait rapidement diminué…ma fille de 9 ans était sortie alors que je constatais les dégâts et je l’ai entendue hurler. » Cette mère sort et découvre des feuilles de platanes totalement inactives « Nous n’avons rien contre les feuilles de platane et ma fille adore jouer avec…mais là c’était différent. »

Les feuilles de platane ont exprimé leur colère, une des feuilles a déclaré avoir tout perdu « Toute ma famille est morte : mon frère, ma mère, mon cousin, le frère du cousin de la tante à la fille de sa mère. On était une véritable famille. Et maintenant je me retrouve seule sur ce fichu platane. » Les feuilles de platanes ont décidé de porter plainte contre l’Etat Français pour avoir autorisé des plantations de platanes dans les rues.

Le maire de Toulon Hubert Falco a fait part de sa vive émotion et a promis que les services municipaux se chargeraient de ramasser les feuilles mortes.

Quant aux concitoyens, beaucoup ont peur d’assister à un véritable génocide dans les rues, le 1er jour d’automne.

Le Rédactionnel

pep-s-logo

Le monde de l’Education Nationale est en deuil. Un établissement a fermé pour avoir reproduit PEPS

« Je ne pensais pas que cela arriverait un jour. » Lance avec tristesse le professeur Pierre-Antoine Lefer, professeur d’EPS dans un collège du 6ème arrondissement de Paris. Et il n’est pas le seul. En effet, une semaine après la rentrée des classes, ce paisible collège a eu la surprise de voir débarquer un inspecteur de l’Education National.
Parents, élèves, profs (ou Peps) ont été pris au dépourvu. Chacun d’eux jouait une scène marquante de la série diffusée sur TF1 PEPS. Ainsi l’Inspecteur a remarqué des choses surprenantes et inhabituelles venant de la part d’un collège, qui sur le papier, ne semble poser aucun problème.
« Je dois avouer ne pas avoir compris sur le coup ce qu’il se passait » Avoue-t-il.
Il a vu en seulement cinq minutes : deux pères se battre pour savoir « qui avait le fils le plus débile de la 4ème B », le professeur d’EPS Pierre-Antoine Lefer a voulu apprendre aux élèves de la 3ème A à jouer au lancé de marteau « Moins dangereux que le lancé de disque » a-t-il dit avant de se faire réprimander par l’Inspecteur et enfin la directrice de l’établissement qui se promenait dans la cour avec des bottes noires cirées et une cravache dans les mains pour montrer qui était « la patronne ».
En visitant le collège, l’Inspecteur a assisté à un cours de chimie où le professeur apprenait à ses élèves comment fabriquer du chewing-gum avec les mucus collaient sous les tables.
Mais ce qui a clairement fait décider l’Inspecteur à fermer l’école c’est lorsqu’il a vu un garçon à lunette se faire faussement malmener par un de ses camarades, ce dernier encouragé par un professeur qui passait par là.
Interrogé par nos confrères du Gorafi, le garçon à lunettes a avoué « Dans la vraie vie je suis con comme un balais, être tabassé parce qu’on porte des lunettes et que l’on est donc forcément intelligent. Je peux vous dire, ça fait vraiment plaisir ».
L’Inspecteur a fait fermer l’école, une heure plus tard.
Dans son rapport, l’Inspecteur indique « Qu’il en a ras-le-bol de ces écoles qui veulent tout faire comme à la télé ou au cinéma. »
En effet, il avouera qu’il y’a moins de deux ans, il a dû faire fermer une école en Z.E.P. car le proviseur avait vu le film LES PROFS 7 fois au cinéma et qu’il voulait que son lycée est 50/ de réussite au BAC.
La directrice de l’établissement a décidé de porter plainte contre TF1 pour « influence négative sur l’éducation des jeunes ». Affaire à suivre.

Le Rédactionnel

Je suis sorti de la projection de Dragons 2 un peu mitigé. Le film est bon dans son ensemble et est dans la lignée de Dragons 1, mais l’équilibre entre humour et émotion n’est plus là ou si vous préférez elle s’est distendue.

dragons 2

Dragons 2 de Dean Deblois 

Avec en V.O. Jay Baruchel, Cate Blanchett, America Ferrera, Jonah Hill, Gerard Butler, Christopher Mintz-Plasse

Note: ♥♥♥

Read the rest of this entry »

1er long métrage, 1er succès pour René Allio. La vieille dame indigne est, avant d’être un film, une nouvelle écrite par Bertoit Brecht tiré du recueil La Vieille Dame indigne et autres histoires (1928-1948).

Image

 

La vieille dame indigne de René Allio
Avec Sylvia, Victor Lanoux, Jean Bouise, Malika Ribowska
Note : ♥♥♥

Read the rest of this entry »

Vidéo-critique de Jersey Boys le nouveau film de Clint Eastwood par Ciné@lex.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 75 other followers